Current track

Title

Artist


Quand le chat dort, l’humain mange un burger – Les buzz de la semaine!

Written by on 7 décembre 2017

Chaque semaine, Amaury fait le point sur les buzz de la semaine dans Et que ça Buzz! Retrouvez le condensé de l’émission du 7 décembre juste ici…

1) Quand le chat dort, l’humain mange un burger

Tout le monde a déjà commander un hamburger dans un fast food tard le soir en rentrant de soirée. C’est également ce qu’a fait Alex Bowen, un Américain vivant en Caroline du sud. En rentrant de soirée, il s’arrête dans un fast food mais se rend compte que les employés se sont endormis! Il attend un petit peu puis décide tout simplement de se servir lui même.

Il passe alors derrière le comptoir et va se servir dans les ingrédients. Il improvise alors un burger au bacon grillé et au cheddar fondu. D’ailleurs, c’est un bon choix, entre nous. Après avoir préparé son burger avec soin, Alex Bowen a expliqué avoir nettoyé le grill et le plan de travail avant de repartir tranquillement chez lui.

Très honnête, il est même allé régler l’addition le lendemain, après avoir désaoulé. Après avoir appris l’intrusion du jeune américain, le directeur du restaurant dit avoir pris des mesures disciplinaires pour éviter que cela se reproduise. Alex Bowen, lui, a déjà prévenu qu’il savait quoi faire si cela se reproduisait. Tu m’étonnes!

 

2) Embouteillage made in China?

Fatigué d’être bloqué dans les embouteillages, un Chinois de 28 ans pensait avoir trouvé une parade ingénieuse: peindre sur la chaussée une fausse flèche blanche pour rediriger la circulation à son avantage.

Sauf que la police l’a évidemment arrêté, lui offrant au passage une amende de 1000 yuans, soit environ 126 euros. Lors de son interrogatoire, il a expliqué qu’il passait à cet endroit chaque jour, en bus, mais que les embouteillages étaient terribles à ce carrefour.Il avait cependant remarqué que peu de voitures tournaient à gauche.

Il voulait donc juste transformer la file pour qu’elle permette aussi d’aller tout droit en y peignant une flèche. Les policiers voyaient bien que ce n’était pas un mauvais bougre et l’ont assez vite relâché, mais entre temps, des agents de la voirie sont quand même venus effacer la nouvelle flèche. Franchement son idée me plait bien, dommage que ça soit illégal…

 

3) Faites qu’il soit gay

Un prêtre de l’Eglise épiscopale d’Ecosse a conseillé de prier pour que le prince George, 4 ans, héritier du trône britannique, soit homosexuel. Pourquoi? Pour accélérer l’acceptation du mariage gay par l’Eglise anglicane.

“Le moyen le plus rapide de rendre l’Eglise d’Angleterre plus accueillante est donc de de prier pour que le prince George soit béni un jour avec l’amour d’un beau jeune homme”, C’est ce qu’a avancé le révérend Kelvin Holdsworth, lui-même gay, sur son compte Twitter.

Alors bien entendu, le boss de l’Eglise d’Angleterre a répondu en disant que c’était un appel au mauvais sort de conte de fée et qu’il valait mieux souhaiter au prince d’accomplir son devoir en se mariant et en ayant des enfants.

N’empêche, je me dis que si le gamin est vraiment gay ils risquent de tirer de drôles de têtes de l’autre côté de la Manche…

4) Une maman comme on les aime

Bette Nash a 81 ans et travaille depuis soixante ans comme hôtesse de l’air. Si les pilotes sont priés d’arrêter de voler à 65 ans, il n’y a pas d’âge limite pour les hôtesses. Bette continue son job parce qu’il lui apporte de l’énergie et de la joie. Elle dit, je cite : “Je m’épanouis auprès des gens. Tu leur dis quelque chose, ils te disent quelque chose et ils sont heureux.” “Et évidemment, j’aime aussi être payée.” Ben tiens, tu m’étonnes !

Mais bon, en 60 ans de carrière, Bette a vu pas mal de trucs. Déjà, elle a commencé à travailler quand Dwight Eisenhower était encore président des Etats-Unis. Et à ce moment là, les billets ne coûtaient que 12 dollars. Quand on lui demande la plus grande différence entre les passagers des années 50 et ceux d’aujourd’hui, elle répond qu’à l’époque, on voyait beaucoup de manteaux de vison, maintenant, on voit beaucoup de tongs.

Mis à part ça, les gens n’auraient pas changé. Tout au long de sa carrière, Bette a emprunté de nombreuses routes, mais celle reliant Columbia à Boston est sa préférée. Le vol lui demande de se lever en pleine nuit, à 2h10 exactement, mais il permet à cette mère célibataire d’être à l’heure pour prendre le repas du soir avec son fils qui est atteint du syndrome de Down et qui vit avec elle.

Voilà, une magnifique histoire que je voulais vous partager.

 

5) Le tatouage de la discorde

Pour terminer ce review, restons aux Etats-Unis. Un hôpital de Floride a eu affaire à un redoutable cas de conscience.

Un homme de 70 ans est arrivé inconscient à l’hôpital, avec des problèmes respiratoires et un taux d’alcoolémie élevé.  L’homme n’avait pas de papiers d’identité sur lui. Le seul signe distinctif qu’il présentait était un tatouage «Ne Pas Réanimer», avec le mot «Pas» souligné, accompagné de sa signature. Les médecins, fidèles à leur serment d’Hippocrate, ont initialement décidé de «ne pas respecter le tatouage», ne souhaitant pas «s’engager dans une voie irréversible».

Ils ont donc administré des soins de base à leur patient. Mais, interpellés par son tatouage, ils ont également fait appel à un service d’éthique, qui leur a conseillé de prendre ce message en considération, comme s’il s’agissait d’un «vrai». L’état du patient s’est donc rapidement dégradé pendant la nuit et il est mort peu de temps après. Entre-temps, le patient avait été finalement identifié et son ordre de ne pas être réanimé avait été retrouvé dans son dossier du département de la santé, ce qui a convaincu les médecins qu’ils avaient pris la bonne décision.

Personnellement je pense que j’aurais agi pareil que les médecins mais c’est très dur..  Surtout que l’équipe médicale avait retrouvé le cas d’un patient dont le tatouage n’était pas à prendre au sérieux. En 2012, un homme de 59 ans avait été hospitalisé avec la mention «N.P.R.» sur sa poitrine. Après avoir été réanimé, il a expliqué que ce tatouage était la trace d’un pari alcoolisé et qu’il n’aurait jamais cru que quelqu’un le prendrait au sérieux.

Faites donc bien attention quand vous vous faites tatouer, surtout si vous êtes sous l’influence de l’alcool…


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *